Comment apprendre à son enfant à être “un bon perdant” ?

Votre enfant n’aime pas perdre ? Vous voulez l’aider à accepter la défaite ? Voici trois petites astuces qui pourraient vous aidez  à éduquer votre enfant à devenir un enfant bon perdant.

Laissez-le exprimer sa colère

Il faut savoir que les enfants ne savent pas encore apprivoiser leurs émotions fortes, et les émotions qu’ils ressentent à l’idée de la défaite peuvent sortir sous forme de crise. Mieux vaut éviter les paroles intrusives comme “tu es pénible”, “tu es un mauvais perdant”, “ce n’est pas grave”, “ce n’est qu’un jeu” qui ne feront qu’attiser la colère de l’enfant. La meilleure chose à faire est de le laisser se calmer tout seul pour ensuite le guider sur des pistes de réflexion comme “les autres voudraient-ils jouer avec lui, s’il gagnait tout le temps ?” ou “est-ce que gagner est le seul plaisir qu’on peut avoir quand on joue à un jeu ?”. Ainsi, une fois qu’on lui aura reconnu ce droit à la colère, il se sentira compris et dénouera  petit à petit son obsession de gagner pour devenir un enfant bon perdant.

Inculquez à votre enfant la valeur de jouer pour le simple plaisir de jouer plutôt que de gagner

Gagner est une chose, mais passer du temps ensemble en s’amusant, créer des liens de complicité entre partenaires, rire ensemble, se découvrir sont les enjeux les plus importants dans un jeu. Et ces enjeux, votre enfant n’en a pas encore conscience. Il faut donc les lui inculquer. Pour ce faire, lors de vos jeux, insistez sur le processus en cours plutôt que sur le simple résultat, dites-lui des phrases du type : “J’aime bien quand on passe du temps ensemble” ; “Ça me fait plaisir de jouer avec toi” ; “Qu’est-ce que tu aurais fait à ma place ?”. Bref, aidez votre enfant à prendre satisfaction tout au long de la partie à la fois dans le lien, la relation et dans le jeu lui-même. Vous verrez que votre petit mauvais perdant évoluera vite en enfant bon perdant.

L’exemple vient d’en haut

En tant que parent, on sert de modèle pour nos enfants, mais il se peut qu’on montre le mauvais exemple. Si papounet revient d’un match de Baseball énervé tout en grommelant parce qu’il a perdu, l’enfant en tirera un lien évident (perdre ≠ plaisir).  Est-ce vraiment ce qu’on veut ? Montrez-lui le bon exemple. Faites exprès de perdre en étant un bon perdant pour montrer à l’enfant comment réagir face à l’échec. On pourra prononcer des phrases du type : “J’ai aimé jouer avec toi”, “Merci pour cette belle partie”, ou même se serrer la main, toper dans la main, se serrer l’un contre l’autre pour signaler la fin de la partie.

Jouer ensemble pour passer du temps de qualité en famille
Les bienfaits du jeu dans le développement d’un enfant